Tout corps entame
EAN13
9782354391126
ISBN
978-2-35439-112-6
Éditeur
Aencrages & Co
Date de publication
Collection
ECRI(PEIND)RE
Poids
200 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Tout corps entame

Aencrages & Co

Ecri(Peind)Re

Indisponible

Ce livre est en stock chez 4 confrères du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander
Dans ce recueil composé de six suites de poèmes, Jean-Louis Giovannoni, explore les différents états d'un corps tout à la fois désirant, vieillissant, rêvant. Ce corps, comme tout corps, entame le monde qu'il traverse, qu'il occupe, autant qu'il est lui-même entamé, usé, rudoyé par son environnement et ce, dès son apparition : "Usure sans fin. Recommence dès qu'un corps est annoncé, s'avance. Alors, autant l'encourager avec ses mains." Par le biais de cette incessante friction des corps et du monde - que redoublent, par ailleurs, les discrètes frictions langagières de Jean-Louis Giovannoni, langage qui est tout à la fois et d'un seul tenant corps et monde -, est particulièrement interrogé le rapport à l'anatomie déclinant, fléchissant, tout en se tenant à distance d'une esthétique de l'aggravation (corps malade, déchéance), préférant une sorte de prosaïsme serein, décrivant un corps devenu tableau des petites douleurs domestiques, habituelles : "Longuement assis sans protection ni coussin, on devient, au bout d'un certain temps, fessier, dessous de cuisses. Avec l'âge, on ajoute à son tableau de chasse : des bas-de-dos, des genoux, des cervicales... C'est le travail de toute une vie". Mais il ne faut pas se fier tout à fait à ces énoncés d'allure anecdotique, à cette apparence de déclin tranquille : c'est le portrait d'une inquiétude subtile que dresse l'auteur, jamais imposée frontalement au lecteur. Elle suinte sans être jamais nommée, jamais directement évoquée, si ce n'est par le biais de l'étrangeté d'un rêve et de ces glissements dont on fait le récit. Le corps-compotier, autant contenu (peau : lieu du désir et des affections : balafres, plaies, cicatrices) que contenant (organes, os, muscles, viscères : la compote !) y est alors comparé à un fruit dévoré, strate après strate, par une guêpe.
S'identifier pour envoyer des commentaires.